Artiste peintre - Plasticienne

Cliousclat - Drôme

  • EVELYNE
    DUBOUR-CARRÈRE,

    portrait d'une peintre Drômoise

    On découvre son atelier au coeur du charmant village potier de Cliousclat perché sur les collines de la Drôme provençale. Succédant à sa boutique d'art populaire "Le Jardin d'Ebène", qu'elle a tenue durant une trentaine d'années, ce nouvel espace est inauguré en 2016 avec le parrainage de son ami, le fameux peintre Dominique Coffignier.

    Aussi généreuse qu'attachante avec son franc-parler, elle nous invite à une promenade à travers ses tableaux où la fougue de la jeunesse, la douce folie assumée et les souffrances du passé s'unissent à la sagesse de la maturité. Car aujourd'hui, plus rien ne la retient pour s'adonner à sa passion avec détachement et intensité.

    Son "Terroir" : relief chaotique et fertilité
    Née en 1952 d'une famille méditerranéenne aux prises avec les régimes totalitaires (d'une mère sicilienne et d'un père vénitien), Evelyne Dubour-Carrère a grandi dans un environnement où le combat pour la vie demeurait essentiel. Unique survivante d'un fratrie emporté pour cause de santé, elle a aujourd'hui le sentiment d'avoir été "élue" pour résister...Malmenée par une série d'épreuves et la perte successive de ses proches, son identité s'est nourrie de houles et d'orages avant que la graine artistique n'ose s'exprimer et s'épanouir en liberté bien des années plus tard.

    "Il s'agissait d'abord d'en finir avec la précarité", avoue t-elle lorsqu'elle évoque ses premières expériences professionnelles à 14 ans : après l'école hôtelière de Valence, la jeune fille prouve ses compétences et déploie sa vivacité au sein de grands restaurants drômois où elle rencontre Alain Dubour. A la fois "sauveur" et "accoucheur" de ses toiles en germination, l'homme l’entraîne d'abord sur les hauteurs de Mirmande avant d'emménager à Cliousclat en 1982.

    C'est dans la vie culturelle et populaire de ce petit village propice à la solidarité, qu'Evelyne tisse son réseau d'amis, jugés indispensables à son équilibre. "C'est ma famille de cœur, ce sont eux qui m'ont aidée à surmonter les épreuves." Parmi eux, les peintres Marcelle Rivier et Dominique Coffignier... Encouragée dans ses projets et soutenue par la force paisible de son mari Thierry Carrère, elle donne libre cours à sa passion et continue ses voyages solitaires au fin fond du désert marocain. L'esprit d'aventure et la force qui l'anime ne font que fomenter son talent créateur.

  • L'Art de la peinture : une éternelle quête de liberté
    "La peinture et les artistes m'ont toujours fascinée. Mes premiers babillements ? Dès mon enfance, ma mère me laissait avec des papiers et crayons en partant travailler. J'avais à peine 4 ans, et l'envie de dessiner est devenue une occupation quotidienne. C'est là que je trouvais refuge et que les démons ou les rêves pouvaient prendre forme". Bien plus tard, après une formation classique, elle a travaillé dans les ateliers de l'Ecole Supérieure d'Art et de Design de Valence (de 2009 à 2018) et suivi des stages avec le peintre italien Gianco Bargoni avant de donner une première exposition, à 58 ans. "De prime abord, le besoin de se "nourrir": d'expériences, de nature, d'autres peintures, de solitude, d'amitié... "

    Il lui faudra ensuite "désapprendre", afin de prendre le large, quitte à mêler les techniques et en inventer de nouvelles : libérée du souci matériel, l'artiste largue les amarres, "jette l' encre", apprivoise les pinceaux et transforme d'anciennes tapisseries. Portraits, animaux, paysages, natures mortes, corps...l'oeuvre d'Evelyne est diverse, tout comme sa carrière qui s'étoffe au fil du temps. Dans ses derniers tableaux, rien n'est préconçu : elle peint avec son instinct d'abord, puis laisse les formes la guider, en accueillant le résultat comme une mère accueillerait l'enfant tel qu'il vient : du figuratif à l'abstraction, il n'y a qu'un pas, et les deux se nourrissent mutuellement tout en échappant aux normes établies.

    La couleur, la masse et la forme
    "Pour être peintre, il y a trois choses essentielles : la couleur, la masse, la forme". Grâce au compliment d'une peintre qui reconnait en elle une "excellente coloriste", le sentiment de faire partie des "voyeurs"se confirme. "Nous sommes en quelque sorte conscients d'avoir une mission dans ce monde grâce au don de voir et lire au delà de la réalité tangible..."

    Dans ses peintures de paysages empreints d'onirisme, on découvre des formes rappelant l'enfance en souffrance, mais aussi la force de la vie, l'attirance vers la lumière, l'aspiration au paradis... Des titres évocateurs comme la série "Mes fables de la fontaine", ou encore le tableau "La Naissance", nous entraînent au plus profond de l'être et bien au delà... Des couleurs intenses, vibrantes, jaillissent pour créer un univers à part, là où le subconscient croise l'inconscient collectif avant d'offrir de nouvelles pistes de lectures...

    "Une toile me plait quand elle m'émeut encore des années plus tard et continue de vibrer...elle correspond à un état, une période de ma vie, tout en poursuivant son chemin."

  • Matières et déserts
    Enfant de la campagne fascinée par la nature, elle saisit et joue avec la matière : la peinture à l'huile laisse place à l'usage des encres, puis des pigments minéraux pour la beauté et la singularité des couleurs naturelles : pigment minéra lpour le maquillage des femmes du Maghreb, sabra (cactus desséché), "épaves" de boîte de sardines rouillées, et tout ce qu'elle trouve lors de ses pérégrinations, comme le précieux vert de vessie qui attend son prochain tableau..."A surtout ne pas gâcher!", exprime-elle avec excitation à l'idée de l'oeuvre à venir.

    Par ses voyages dans le désert marocain initiés avec son mari, elle poursuit inlassablement ses recherches et s'évade régulièrement seule, pour toujours mieux se découvrir, se confronter à la rudesse de la nature, contempler sa beauté, explorer ses ressources et transformer le réel. C'est là qu'elle réalise la série "Déserts", guidée par les sensations fortes et tous les matériaux qui s'offrent à elle, même les plus improbables.

    Le Corps, encore, au coeur de son oeuvre
    Depuis l'époque des portraits jusqu'à la série de très grands formats débutée il y a une vingtaine d'années, le thème du CORPS est transversal à son oeuvre.

    "Je regarde le corps comme un Paysage..."

    Puis le geste l'emporte et les traits se précisent, s'ajoutent, les espaces s'emplissent ou se vident, le tableau se forme en se déformant, se compose en se décomposant, les corps se superposent ou s'emmêlent en se détachant...

    Riche de sens et d'évocations, le corps est le lieu où s'expriment les émotions. Il contient les cicatrices et les espoirs de la vie, capable de s'adapter aux conditions les plus extrêmes et également se libérer des peurs nourries par l'esprit...

    Sensualité féminine et spiritualité se mêlent dans cette série où l'espace du tableau prend sa liberté pour se faire "miroir ": des fantasmes, des émotions, des peurs refoulées, des rêves enfouis et des visions à venir... Laissons nos émotions nous guider pour les lire ou juste les contempler...

  • Citations

    "Rien n'est défini à l'avance, si ce n'est le choix des couleurs et de certaines formes posées. Ici des membres se superposent, s'ajoutent, s'entrecroisent, dans une démarche qui peut choquer parfois, déranger certainement, mais ce n'est pas mon problème. Il n'y a rien de discours malsain, ni désenchanté. Le spectateur y projette ce qui l'habite. Ce qui m'intéresse n'est pas d'imposer une lecture mais de donner à voir."

    "Les gens me demandent parfois, pourquoi ce corps est là, cette main ici....moi même je ne sais pas!"

    "Le tableau que j'aime le mieux? Celui que je ferais demain!"

    "L'art, comme la vie, est un challenge. Aujourd'hui plus que jamais, la peinture m'est indispensable, je ne renonce à rien, je n'ai plus de temps à perdre."

    "Les peintures gagnent en intensité, quand la maturité vient embrasser la folie de la jeunesse, paisiblement, sans jugement. C'est dans l'acceptation, la résilience et l'amour que je puise ma force de vie. Et par conséquent ma force créatrice !"

    Gaëlle Bardin

Expositions - Actualités

Du 20 juin au 28 juin 2020
Exposition au Prieuré de Charrière à Châteauneuf de Galaure, avec Bernard Froment, sculpture.

Septembre 2019
Exposition collective à l’Esad de Valence - Châteaux de Cartes.

Du 10 Septembre au 19 Octobre 2018
Exposition Entre Corps à l'espace Envol de Privas (Ardèche)

Du 10 juillet au 8 Septembre 2019
Exposition Désert Rouge dans mon atelier (Cliousclat - Drôme)

Du 29 Juin au 29 Juillet 2018
Exposition Origine à l'Eglise Ste Foy de Mirmande (Drôme)

De Mai 2017 à fin Août 2017
Exposition Sabra dans mon atelier (Cliousclat - Drôme)

Juin 2016
Ouverture de mon atelier à Cliousclat (Drôme), avec le parrainage du peintre Dominique Coffignier.

2015 - 2016
Plusieurs oeuvres collectives dans le cadre de l'ESAD de Valence.

2013 - 2014
Performance au festival de Jazz de Vienne.

2013
Exposition Jardin d'Ebène (Cliousclat - Drôme).

2012
Exposition Mirmande (Drôme)

2010
Exposition dans la salle des machines de la poterie de Cliousclat.

Formation
Ecole Supérieur d’Art et de Design de Valence

Evelyne Dubour - Le Village 26270 Cliousclat - 06.20.40.72.06 - 04.75.43.42.95 - Mentions - Coclidée : design & communication